mercredi, septembre 22, 2021
HomeEconomieLe défi de la poste face à l'explosion des colis

Le défi de la poste face à l’explosion des colis

Premier opérateur postal belge avec plus de 600.000 paquets traités par jour en Belgique contre 350.000 en moyenne l’an dernier, Bpost, comme nous tous, a dû faire face à la pandémie. Mais avec l’augmentation du nombre de colis et les risques encourus par les employés, comment l’entreprise  arrive-t-elle à gérer cette situation ? Pour en savoir plus, nous nous sommes rendus dans le centre de tri de Beaumont.

Si vous avez passé une commande en ligne ces derniers temps, vous avez contribué à la hausse du nombre de colis en ligne.  Et contrairement aux pratiques d’avant la crise, la Poste s’est adaptée en assouplissant ses règles de livraisons. Désormais, seuls 10% des colis sont encore retirés au bureau de poste.  Grâce au télétravail et à la possibilité de déposer le colis chez un voisin ou dans un endroit sûr, la Poste a pu livrer 90% des colis à domicile contre 50% avant la crise COVID.  

Une hausse avec des répercussions

En ayant plus de 2000 colis à livrer par jour, les facteurs de Beaumont se disent inquiets quant au contact avec les clients. C’est pourquoi, Bpost a d’emblée imposé la distanciation sociale entre le client et son facteur et des règles d’hygiène strictes.

Pour ne pas surcharger leurs postiers, Bpost a demandé des renforts dans la région sud (Philippeville et Beaumont). 25 personnes ont été appelées pour effectuer des livraisons supplémentaires afin d’assurer le service. Depuis début janvier, 5 facteurs ont été ajoutés aux 50 agents titulaires, tout ceci dans le but de soulager leurs heures de travail. 

Emmanuel Debaisieux, Mail Center Manager, nous explique qu’à terme, la situation n’est pas tenable :

« On doit revoir à chaque fois nos chiffres plus haut, parce qu’on remarque que le nombre de paquets est plus important que ce qu’on avait prévu, à cause du Covid. On doit vraiment se projeter sur le long terme en sachant que la situation peut changer du jour au lendemain.» 

Dépot de la poste Photo: Sébastien Moratto

Recrutements massifs pour éviter l’arrêt des activités

La 2e vague d’octobre a impacté fortement le personnel à Beaumont avec des facteurs malades mais aussi 4 personnes du staff contaminées par le virus.  Mais, l’entreprise a pu rebondir en recrutant massivement pour éviter la fermeture du bureau.

Daniel Werrion, le délégué syndical du centre de tri de Beaumont, nous donne un point de vue réservé: « Ça fait peur encore parce qu’on est les premiers à être en contact avec la population.  On reste prudents grâce aux mesures mises en place ».

Tout en sachant que dans le secteur de Beaumont, il y a seulement eu une vingtaine de cas positifs et souvent des cas asymptomatiques.

Daniel Werrion Photo : Sébastien Moratto

Mesures sanitaires mises en place

Sur place, nous avons pu constater un soin accordé aux mesures barrières, telles que le port du masque, des lignes séparatrices au sol, du gel fourni par la société, des gants et un lavage des mains intensif. Mais au-delà de toutes ces protections, Emmanuel Debaisieux s’interroge : 

« A part le masque, où je suis certain qu’on va le garder encore longtemps, le reste des mesures, on ne sait vraiment pas dire combien de temps ça va durer.  On est dépendant de tellement de choses et notamment des vagues de contaminations qu’il est impossible de prédire l’avenir. »

Sébastien Moratto

Achetez le journal papier et découvrez d’autres articles d’Adobic.

RELATED ARTICLES
- Advertisment -

Most Popular

Recent Comments